Quand la culture américaine s’adapte aux langues de chez nous…


Qui ne connaît pas les Simpson ? Par l’intermédiaire des chaînes de télévision, la famille de Springfield s’est, depuis 20 ans, imposée dans le paysage des personnages incontournables de dessins animés… À tel point que les différents héros ont été déclinés sous de multiples formes : cinéma, albums, figurines, jouets, jeux vidéos et bandes dessinées…

Aujourd’hui, Homer et les siens envahissent un nouvel univers : celui des langues régionales !

picardCertains ont peut-être déjà rêvé de faire de Tihange, de Doel ou de Gravelines une nouvelle Springfield… Il fallait oser le faire… C’est dans la ville imaginaire de Berdincourt que Bruno Delmotte et la maison d’éditions Jungle – filiale de Casterman – les ont installés ! Camping in foufièle est le premier tome des Simpson, alias les Dubuches, en picard.

D’emblée, cette adaptation pose un large débat : nos cultures régionales, déjà menacées et délaissées, vont-elles devoir subir elles aussi la loi de l’américanisation ?

Il est indéniable que l’histoire originale, imaginée par Matt Groening, est imprégnée du quotidien de l’Américain moyen. L’univers de Springfield, même adapté, reste présent. Les décors et les dessins sont les mêmes et toute personne qui aurait lu ou vu les Simpson dans leur version originale et/ou dans leur version française ne s’y laissera pas duper.

Cependant, au contraire de la version française, une « simple » traduction est impossible. L’adaptation nécessaire permet une certaine liberté et favorise un rapprochement du scénario original vers le public visé : les Dupuche utilisent les expressions bien picardes, et finalement, qu’ils soient Simpson ou Dupuche, Homer/Omer, Marge/Zulma ou Bart/Batisse vivent des réalités, des émotions, des situations communes à tout être humain. Alors que la version française tend à aseptiser l’humour original et caustique de la série, le franc-parler et l’expressivité picards rehaussent le scénario.

D’ailleurs, le caractère insolite de l’adaptation a suscité un large engouement de la presse belge et française (voir les articles de L’Avenir, la RTBF. Nord éclair, France 3). S’il faut passer par cela pour attirer l’attention des éditeurs et du lectorat le plus large sur les langues minoritaires ou pour lutter contre la ringardisation des langues régionales… Osons !

J’émettrai toutefois une nuance : osons, tout en nous assurant de la qualité de l’adaptation et en y usant des richesses du langage. Que le jeune lecteur n’ait pas le sentiment que le oufti valèt que l’on ferait dire à Ba(r)tisse résume la langue wallonne…

À découvrir aux éditions Jungle au prix de 11,50 € ou via Fnac

Publicités

Une réflexion sur “Quand la culture américaine s’adapte aux langues de chez nous…

Ine saqwè à dîre ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s