Un journal intime intense


lydieSi l’on en connaît souvent les aspects folkloriques ou ses fonctions les plus expressives, le locuteur lambda ignore parfois que la langue wallonne peut exprimer les réflexions les plus complexes et dépeindre la société la plus contemporaine. C’est ce qu’Émile Gilliard offre une nouvelle fois avec son dernier roman S’apinse Seûr Lidîye.

En 2003, Émile Gilliard publiait Lès djoûs racoûtichenut, le journal intime de la dernière sœur du couvent de Goyet, dans le village imaginaire de Rodjimont. Il y contait, à travers la voix de la narratrice, les sentiments et les réflexions d’une femme dont la vie entière a été consacrée à la religion, et dont l’isolement au sein d’un couvent dans lequel elle a toujours vécu est un lourd fardeau.

Avec cette suite, sœur Lydie est dans l’attente d’un départ vers Liège. Elle ne trouve plus sa place dans le village de Rodjimont. Elle s’y sent vieille et inutile, et surtout, elle a l’impression qu’on attend son départ pour récupérer les lieux qu’elle occupe.
Envoyée à Liège par sa supérieure, elle rejoint une communauté de religieuses âgées. Après ce déménagement, elle cherche à trouver réellement sa place. Le ton se durcit et prend volontiers des airs de contestation.

Une rencontre avec Aline, jeune fille abandonnée qu’elle sauve de la misère, lui offre la voie vers une nouvelle vocation : l’aide sociale.

220px-Emile_Gilliard_2008

L’auteur : Émile Gilliard

L’ensemble du roman offre de multiples réflexions sur la place de l’Église dans la société du 21e siècle, et sur la crise qu’elle traverse. On y aborde les questions du célibat, de la solitude des hommes et des femmes d’église, mais surtout l’action qu’ils peuvent encore entreprendre aujourd’hui pour s’insérer eux aussi dans une société qui parfois les délaisse.

Comme signalé en introduction, ce roman prouve, s’il le fallait encore, que la langue wallonne n’empêche nullement d’aborder des questions de société et de faire naître des réflexions. Le style, oral et simple, permet surtout d’aller à l’essentiel et de découvrir une vérité du sentiment, qui, bien qu’elle décrive avec précision la réalité sociale contemporaine, ne s’encombre pas de tournures complexes.

L’ouvrage coûte 15 € et est à commander chez l’auteur, rue Saint Laurent, 321 à Liège ou par téléphone au 04/229.32.67. Toutes les informations se trouvent sur cette page.

Publicités

Ine saqwè à dîre ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s